Gentil coquelicot…

Gentil coquelicot…

J’adore le coquelicot, sa présence extraordinaire pour une plante si grêle, son rouge éclatant et sa texture inimitable de fragilité Et quelle façon d’ondoyer au vent !

Et en plus il est un allié de notre peau.

Le macérat huileux solaire de ses pétales est adoucissant et « antirides » selon l’expression consacrée, c’est évidemment bien exagéré mais ça fait beaucoup de bien.

Cueillez des pétales secs, bien sûr dans une région aussi humide qu’ici en ce moment, ce n’est pas facile…

Laissez-les flétrir sur un torchon 1h, pas davantage – ils perdent ainsi un peu d’eau sans se racornir ;

Dans un pot propre et sec, mettez 70 % d’huile de tournesol et 30 % huile de jojoba et mettez les pétales dedans.

Remuez doucement en enfonçant les pétales dans l’huile. Ils ne doivent pas en sortir pour ne pas moisir.

Placez le pot fermé au soleil – il y en a parfois …- pendant 3 semaines. N’oubliez pas de regarder par transparence le bocal pendant la macération, pour le plaisir des couleurs et pour vérifier qu’aucun pétale ne pointe un bout de son nez et n’en profite pour moisir.

Filtrez les pétales et pressez les pour en recueillir toute l’huile précieuse.

Utilisez le macérat huileux formé en application le soir ou comme composant d’une crème hydratante maison. Appréciez la douceur, toute la délicatesse du pétale de coquelicot comme une caresse sur votre peau.

Vieille Bourrache

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.